Café équitable et biologique Églises vertes

 

coffee

 

Églises vertes souhaite vous offrir un geste qui met en valeur notre mission comme organisme environnemental. Nous travaillons en partenariat avec la brûlerie Santropol, située à Montréal, pour vous offrir du café gourmet biologique et équitable. 

En choisissant ce café biologique et équitable, vous aidez les Églises canadiennes à réduire leur empreinte écologique et vous payez un prix juste aux petits producteurs de café biologique d'Amérique latine. 

Ce café est un mélange de cafés provenant de quatre pays: le Nicaragua, la Bolivie, le Guatemala et le Pérou. 

 

Pérou Guatemala Bolivie Nicaragua
Centrale de Caféiculteurs du Nord-Ouest
 
 
 
Association 'Une Seule Voix' de Chajul. 
 
 
 
Coopérative Agricole de Caféiculteurs de San Juan.
 
 
 
Producteurs de Café Certifié Biologique de las Segovias.
 
 
 

 

 

 

 

 

Le Réseau des Églises vertes est fier d'offrir un café équitable certifié par le symbole des Petits Producteurs (SPP.coop). C'est la première certification régie par des producteurs d'Amérique du Sud. Voici pourquoi nous préférons SPP:

  1. Les prix minimums soutenables payables aux producteurs sont déterminés par les producteurs eux-mêmes et sont plus élevés que dans le vieux système (par exemple, c’est US$2.20/lb comparativement à US$1.90/lb). 
  2. Les frais d’administration et de certification payables à la Fondation par les producteurs vendeurs (du Sud) représentent moins du quart de ce que le vieux système exige.
  3. Les frais d’administration et de certification payables à la Fondation par les acheteurs représentent moins de la moitié de ce que le vieux système exige.
  4. Le tiers des frais payé à la Fondation sera réinvesti dans les coopératives inscrites dans le système.
  5. Les inspections des coopératives de producteurs se font dans un esprit d’accompagnement et d’amélioration continue par des certificateurs biologiques locaux bien formés et dûment accrédités.
  6. Les grandes exploitations agricoles, les plantations, ne sont pas admises dans le système. La notion de petit producteur est clairement définie en hectares de terre cultivable.

"Jésus dit: L'ouvrier mérite son salaire" (Luc 10:7)

 

 Pour commander notre café Églises vertes:

 

* Commandez par PayPal ou par téléphone: 1-844-490-6464 

       (ou à Montréal: 450-490-6464)

   

coffee 

CAFÉ ÉQUITABLE

454g, certifié, au profit des Églises vertes  

 

 

CAFÉ ÉQUITABLE

Caisse de 30 sacs, sans frais de livraison   

 

 

Prix unitaire: 12,00$

+ frais de livraison

type
 

Prix unitaire: 11,00$

11$ l'unité, sans frais de livraison


banniere-gala

 

 

Rétrospective du Gala 10e Anniversaire

 

 

Le Gala 10e anniversaire des Églises Vertes qui a eu lieu le 3 juin a été une réussite grâce aux 90 invités présents au gala qui ont eu le plaisir de déguster un souper gastronomique pendant qu’ils assistaient à un spectacle du magicien Marc Trudel. La soirée a débuté par une courte rétrospective du projet, notamment par des reportages et un montage vidéo des 50 églises enregistrées.


La première à prendre la parole fut la pasteure Patricia Lisson, de la Maison Saint Columba, qui a partagé son implication dans le Réseau des Églises Vertes. Le reste de la soirée a été animé par Norman Lévesque, le directeur actuel et fondateur de l’organisme. 
La soirée a été un retour vers l’arrière, il y a 10 ans, oὺ toute a commencé par un petit partenariat d’églises voulant réduire leur empreinte écologique.  Les reportages ont mis en vedette quelques paroisses qui ont pris différentes mesures pour devenir des « Églises Vertes ».

Monseigneur Raymond Poisson, évêque de Joliette, a commenté ainsi : « Mon impression est très positive. La soirée soulignant les 10 ans d'existence d'Églises Vertes a mis en valeur l'actualité de la mission de


l'organisme, la nature de son existence, l’œcuménisme et la fraîcheur de sa jeunesse ». Le Réseau des Églises Vertes a eu l’honneur de recevoir un député fédéral durant la soirée. M. Angelo Iacono a partagé quelques mots d’inspiration en tant que député d’Alfred-Pellan (à Laval, où le bureau national des Églises vertes est situé). Les invités ont démontré qu’ils désirent que le Réseau des Églises Vertes continue pendant encore des années, comme l’a souhaité l’abbé André Beauchamp, pionnier d’écothéologie.

Le gala a prouvé que le Réseau des Églises vertes a le vent dans les voiles. L’objectif maintenant est de faire croitre le nombre d’églises enregistrées d’un océan à l’autre, de diverses confessions chrétiennes. Sa mission de spiritualité, d’éducation et d’action environnementale demeure la même depuis le début, fondé sur la Bible comme première source 
d’inspiration.

 

 


 

Photos supplémentaires

 



Elle est arrivée! La publication de l'Encyclique sur l'écologie par le pape François est une première historique. Le Réseau des Églises vertes a produit des outils éducatifs qui présentent les points saillants de cet enseignement. 
Comment partagez-vous cette encyclique dans votre communauté?

Le Réseau des Églises vertes est heureux de vous offrir les « Points saillants », les questions de discussion et « L'Aide-mémoire » afin de stimuler la discussion dans vos communautés.
Avez-vous des questions? Désirez-vous inviter un conférencier au sujet de l'encyclique? Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Marche pour la Terre, dimanche le 21 avril 2013

en collaboration avec 21avril.org

 

Soyez présents avec le Réseau des Églises vertes qui affichera les couleurs de l'Église le 21 avril prochain. Pour montrer sa solidarité avec ceux et celles qui prennent soin de la Création, il y a trois manières de s'impliquer:


1. Sonnez les cloches de l'église pendant deux minutes à 14h pour sonner l'alarme devant la crise écologique à la demande de Gilles Vigneault et du père Benoit Lacroix.

2. Vous pouvez aussi prendre une photo / une vidéo de la communauté à l'extérieur de l'Église afin de souligner votre appui lors du Jour de la Terre. Il serait génial de lire la déclaration, car on se rassemble autour d'un même message.

ATTENTION: Pour les lectures sur les parvis des églises, il est important de filmer ces lectures. En lisant, il faut prendre des pauses (virgules et points) pour faciliter le montage de cette déclaration qui sera lue sur tout le territoire. Vous pourrez envoyer le lien de votre vidéo à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

 

Ressources pour les Églises sur cette page:

  • Une vidéo conçue à Québec par ECDQ.tv
  • Affiches à télécharger pour un rassemblement ou une marche citoyenne,
  • Pistes d'homélies et de prédication inspirés des lectures du dimanche.
  • Lisez la déclaration et signez la pétition.

 

 

Affiches à téléchargez

Pour un rassemblement ou pour affichage dans votre église

Suggestion: Après impression, l'affiche peut être collé sur un carton et posé sur un bâton.

 

Homélies et prédications

appropriées pour le Jour de la Terre

  • Par le révérend David Fines, pasteur de l'Église unie du Canada, cliquez ici.
  • Par l'abbé Jean-Claude Bergeron, prêtre catholique romain, cliquez ici.
  • Par le révérend Barry Mack, pasteur presbytérien, cliquez ici.
  • Par le révérend Charlie West, pasteur méthodiste, cliquez ici.
  • Par la révérende Gwenda Wells, prêtre anglicane, cliquez ici. (anglais)

 

Lisez la déclaration et signez la pétition

Veuillez visiter le 22avril.org

 

ENVIRON 1200 ÉGLISES ONT SONNÉ LES CLOCHES EN 2012.

Lire le communiqué.

 

 

défi climat

 

Comme des centaines d’organisations au Québec, joignez la campagne Défi Climat 2012!


Le programme Église verte invite toutes les communautés chrétiennes à joindre le Défi Climat, la plus vaste campagne de sensibilisation et de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques au Québec. C'est simple: il suffit de référer les gens au site Internet  DefiClimat.qc.ca, puis de choisir l'organisation: Église verte.

En 2011, 1276 entreprises, institutions et organismes de partout au Québec, dont Église verte, ont incitées plus de 52 000 citoyens à s’engager à poser des gestes concrets pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). En tout, grâce à leur travail de mobilisation, ce sont près de 56 000 tonnes de CO2 qui ont été épargnées en 2011. En participant à ce mouvement pour une société plus durable, vous avez aujourd’hui la possibilité de faire une réelle différence et de vous joindre à un important réseau d’organisations qui partagent cette vision.

C'est motivant avec le Défi Climat, car il y a :

  • Une campagne qui se déroule partout au Québec, du 1er mai au 8 juin 2012.
  • Une liste de gestes concrets à proposer aux fidèles pour les aider à réduire leurs émissions de GES.
  • Des outils « clés en main »,gratuits et adaptés à vos besoins.

 

Les chrétiens relèvent le Défi Climat au nom de leur foi.

«Louez-le, vous les plus élevés des cieux... Il les établit à tout jamais; il fixa des lois qui ne passeront pas.» (Psaume 148, 4-5)

Dieu a créé le ciel et en a fixé les règles. En d'autres mots, Dieu a créé dans sa grande sagesse les processus et les équilibres nécessaires à faire fonctionner la Création. Cependant, si nous modifions les paramètres, tels que l'augmentation du CO2 au-dessus de 350ppm, cela modifiera l'équilibre dans la Création,  ce qui pourrait causer de graves dommages. "Fixer des lois" signifie que les processus se dérouleront tels qu'ils ont été créés et que le changement majeur de gaz à effet de serre aura des conséquences sur d'autres paramètres (comme les tempêtes, l'augmentation du niveau de la mer, l'érosion des berges, etc.)

Les impacts majeurs des changements climatiques se font sentir sur les plus pauvres. Ils n'ont pas les fonds pour s'adapter à l'élévation du niveau de la mer. De plus, un climat plus chaud signifie aussi une modification des infestations d'insectes qui transportent des maladies. Pensons aussi à tous ceux qui sont appauvris à cause des changements climatiques, comme ceux qui doivent être relocalisés et ceux qui doivent reconstruire. Finalement, pensons à notre relation aux autres créatures en péril en raison des changements du climat, tels que le caribou des bois et l'ours blanc. Nous sommes tous conscients de l’impact des changements climatiques sur notre vie et celle des générations futures. Nous devons agir ensemble dès maintenant.

 


Pour remplir le questionnaire, c'est si simple!

Se rendre sur le site www.DefiClimat.qc.ca

et choisir l'organisation: Église verte


 

Message pour le bulletin paroissial (suggéré)

Aujourd'hui, l'équipe pastorale vous invite à participer au Défi Climat, la plus vaste campagne de sensibilisation et de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques au Québec. En tant que chrétiens, nous sommes sensibles aux impacts que ces changements auront sur les autres créatures qui partagent notre territoire, les plus pauvres, les générations futures. La Bible nous raconte que Noé, de façon prophétique, a pris soin de la biodiversité sur Terre lors de bouleversements climatiques. Elle nous raconte aussi comment Joseph a décodé le rêve du Pharaon, en voyant venir la sécheresse et s'adaptant afin d'éviter la catastrophe. 

Joignons-nous à tous ces hommes et femmes de foi, afin d'intégrer la prière, la parole et l'action dans la lutte aux changements climatiques. Pour ce faire, remplissez le questionnaire sur www.DefiClimat.qc.ca en choisissant l'organisation "Église verte". Si vous préférez remplir une copie papier, prenez le dépliant à la sortie de l'Église et n'oubliez pas de nous le remettre.

Merci d'être des gardiens de la Création !

 

 

depliant

 

 

     Imprimez le dépliant du Défi Climat

      Version française.

 

 

 

 

 

 

 

La Trousse : Des outils pour votre campagne

Afin d’assurer le succès de votre campagne à l’interne, voici quelques propositions :

  • susciter l’engagement de l'équipe pastorale pour officialiser vos actions et faciliter vos démarches
  • créer un comité de campagne dynamique
  • faire circuler efficacement l’information à l’interne par le semainier paroissial et le site Internet de la paroisse
  • instaurer un esprit de coopération entre les fidèles
  • publier et annoncer stratégiquement le dépliant papier ou Internet: www.DefiClimat.qc.ca
  • diffuser les objectifs de participation de votre communauté de foi pour inviter les participants à contribuer à l’atteinte de ces objectifs
  • faire tirer des prix de participation écologiques à l’interne
  • planifier à l’avance des activités rassembleuses et stimulantes
  • inviter un conférencier à parler des changements climatiques, organiser un kiosque d'information ou projeter un film


Et pour faire rayonner votre participation à l'externe :

  • diffuser un communiqué de presse annonçant votre participation à la campagne
  • diffuser des messages relatifs au Défi Climat sur vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.)

                                                        COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

 

 

 

 

 

Environ 1200 clochers ont sonné au Québec

 

Montréal, le 23 avril 2012. Le programme Église verte est en mesure d’annoncer une estimation du nombre de clochers ayant sonné au Québec suite à l'invitation de MM. Fred Pellerin, Gilles Vigneault et le père Benoit Lacroix pour le grand rassemblement du 22 avril 2012. Par nos nombreuses communications avec les diocèses catholiques et anglicans, ainsi que les consistoires unis et presbytériens, les églises orthodoxes et les autres églises portant un clocher, la réponse a été très forte. Il y aurait eu environ les trois quarts des églises au Québec qui sonné leurs cloches, c’est-à-dire 1200 églises d’un bout à l’autre de la province. La volonté à l’intérieur de l’Église, quelque soit leur confession, était de sonner l’URGENCE de la crise écologique et de sonner l’ESPOIR dans ce grand mouvement du Jour de la Terre.

 

Il est à noter que la raison principale pour ne pas avoir sonné les cloches est la fragilité d'un clocher qui ne sonne plus de toute façon. Notons aussi que plusieurs homélies (sermons) et prières soulignaient le Jour de la Terre et que de nombreuses églises organisaient des activités pour célébrer cette journée.

 

Merci à tous les chrétiens ayant rendu ce mouvement possible. Bravo encore à tous les artistes porte-parole, aux groupes écologistes et citoyens de tous les horizons, aux Premières Nations, et à toutes les personnes de bonne volonté qui ont manifesté leur appartenance à la Terre.

 

- 30 -

Visionnez la vidéo du grand rassemblement à Montréal:

http://vimeo.com/40849661

 

Un merci particulier à Mme Louise Royer à l’Assemblée des évêques catholiques du Québec et à Brian McDonogh du l'Archidiocèse catholique de Montréal, ainsi que Mme Mary Abate du Diocèse anglican de Montréal.

 

Pour information :

 

Norman Lévesque

Directeur du Réseau des Églises vertes

www.EglisesVertes.ca

 

Réseau des Églises Vertes

16 boul. St-Elzéar Est #015

Laval, QC H7M 1C2

T: 1-844-490-6464 (sans frais)

T: 450-490-6464 (à Montréal)

F: 450-629-3412

 

Un Appel interreligieux canadien au leadership et à l’action pour la justice climatique

25 octobre 2011

 

Le changement climatique : racines spirituelles d’une crise


1. Nous, représentants des communautés religieuses canadiennes, reconnaissons unanimement qu’on pourrait réagir à la crise croissante du changement climatique au moyen de solutions inspirées des ressources morales et spirituelles des traditions religieuses du monde. Nous reconnaissons qu’à sa racine même, cette contribution humaine à un changement climatique sans précédent est symptomatique d’une déficience spirituelle : recherche de l’intérêt personnel, compétition destructrice et cupidité ont donné naissance à des régimes précaires de production et de consommation. La relation entre l’humanité et l’environnement s’est vue dénaturée par des actions qui compromettent le bien-être des générations de vies à venir.

2. Individus, société civile, entreprises, industries et gouvernements, nous sommes tous appelés, par nos traditions religieuses et nos textes sacrés, à peser les dimensions spirituelles de la crise du changement des océans et du climat, à faire le point sur notre comportement collectif, à transformer les cultures de consumérisme et de gaspillage en cultures de durabilité et à respecter l’équilibre entre l’activité économique et l’intendance de l’environnement. La Conférence du 29 décembre 2011 des Parties à la Convention cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (COP 17), en Afrique du Sud, est susceptible de représenter un point de transition où nous pourrons changer notre façon de penser et d’agir face au changement climatique.

Les valeurs qui sous-tendent une économie durable


3. Toutes les traditions religieuses nous enseignent à regarder au-delà de nous-mêmes, individuellement et collectivement, en ces temps où nous faisons face à la crise du changement des océans et du climat, et à réfléchir sur nos choix et nos décisions. Nous voyons autour de nous autre chose que de simples consommateurs insatiables. On compte, parmi les fondements d’une économie durable, des valeurs de modération, de coopération et de réciprocité. Nous croyons qu’il faut travailler ensemble à transformer en culture de justice pour tous les cultures de la recherche de l’intérêt personnel et d’une consommation plusintense que jamais. 

4. Toutes les traditions religieuses proclament la noblesse de l’esprit humain, nous appelant à rechercher la modération et le service du bien commun. Cette vision nous permet d’assumer la responsabilité de nos relations entre nous et avec note planète. Nos choix de tous les jours, qu’il s’agisse de nourriture, de transport, de vêtements ou de loisirs, montrent notre besoin de conscientisation et de transformation collectives. Il nous faut aspirer à la cohérence entre nos croyances et nos actes, afin que nos vies et nos habitudes de consommation reflètent notre relation avec le reste de l’humanité et avec la Terre même.

Le défi de la justice climatique


5. Le changement climatique est une crise planétaire sans frontières. Certains pays, plus affectés que d’autres par ce phénomène, subissent de sévères changements de régime climatique. Ils connaissent l’impact de l’élévation du niveau des mers et de l’érosion des sols, sources de sécheresse et d’inondations. Or, ce sont les pays les plus et les moins en mesure d’y réagir.

6. De nombreux pays souffrent actuellement de conséquences à long terme des émissions sans restriction de carbone qui détériorent l’atmosphère. Nous croyons qu’il faut que tous les pays adoptent des politiques énergétiques permettant de réduire les émissions à un niveau global équitable et sécuritaire. Organisations, entreprises et individus sont également tenus de réduire leurs émissions. Pour des pays à revenu élevé comme le Canada, la justice exige que les gouvernements assument une part plus importante du fardeau économique de l’adaptation au changement climatique et de son atténuation, non seulement à cause de la supériorité de leurs ressources, mais aussi par suite de leur contribution historique à ses causes.

Un appel au leadership et à l’action


7. Nous demandons qu’on fasse preuve de leadership en faveur de l’intérêt à long terme de l’humanité et de la planète, plutôt que de préoccupations économiques et nationales à courte vue. Nos religions nous apprennent que c’est en cherchant à servir les meilleurs intérêts de tous qu’on sert le mieux ceux d’un groupe ou d’une nation. Il existe une famille humaine et une Terre qui est notre patrie. Le changement climatique est une crise globale qui exige des solutions capables d’assurer en premier lieu le bien-être des humains, surtout les plus vulnérables. Notre environnement est en outre la source naturelle de notre richesse et l’habitat de millions d’espèces dont nous sommes les gardiens planétaires. Combien de temps encore pouvons troquer cet héritage inestimable contre la promesse d’avantages supérieurs?

8. Dans notre entourage et nos communautés, nos entreprises et nos organisations, il faut changer les ruineux régimes de production et de consommation, ce qui requiert une transformation culturelle capable de conscientiser le public, en tout premier lieu, aux valeurs de la durabilité et à des pratiques plus responsables. Nous ne pouvons pas rester à la remorque des autres : il faut donner l’exemple. Les organisations religieuses, les institutions publiques et les entreprises ont toutes un rôle à jouer dans la promotion d’une consommation éthique et de modes de vie et de pratiques plus durables dans leur quotidien.

9. Nous nous adressons respectueusement à vous, dirigeants politiques, en qui les Canadiens ont mis leur confiance et qu’ils ont investis d’autorité. Nous vous demandons d’agir en tenant compte à la fois des valeurs de la religion et de la science, jetant un regard objectif sur les problèmes auxquels est confrontée notre planète. La science climatologique présage un avenir encore plus instable et imprévisible, problème qu’on ne saurait résoudre dans l’immédiat. Nous sommes tout disposés à travailler à vos côtés pour un avenir de sécurité, de prospérité et de justice, pour le bien-être de l’humanité et de l’ensemble de la création.

10. En ces moments où vous vous acquittez de vos responsabilités à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur le Changement climatique (COP 17), nous vous pressons d’honorer les valeurs dont il est ici question et d’adopter les objectifs suivants :
• dans un esprit de solidarité globale, prendre des mesures collectives en signant et en mettant en oeuvre un accord international contraignant qui, successeur du Protocole de Kyoto, engage les États à réduire leurs émissions de carbone et en déterminant des cibles justes et claires capables d’assurer que la température globale moyenne demeure en-deçà d’une augmentation de 2˚C par rapport aux niveaux préindustriels;
• faire preuve de responsabilité nationale en s’engageant à l’égard d’émissions de carbone nationales, ainsi que d’une politique nationale d’énergie renouvelable conçue pour parvenir à la durabilité;
• Instaurer la justice climatique, en jouant un rôle constructif dans la conception du Fonds vert pour le climat, sous la gouvernance des Nations Unies, et en contribuant des fonds publics.

Nous croyons qu’il s’agit là de mesures pratiques et essentielles à prendre pour assurer le bien-être de la planète pour les générations de vie à venir.



Parmi les signataires, on retrouve: Association des musulmans progressifs du Canada, Baha'i, Citoyens pour la justice publique, Conseil canadien des imams, Église anglicane du Canada, Quakers, Église luthérienne évangélique au Canada, Église mennonite du Canada, Église orthodoxe éthiopienne du Canada, Église presbytérienne du Canada, Église Unie du Canada, Fédération des Temples hindous du Canada, Foi et Bien commun, et Kairos. 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Pour diffusion immédiate

 

Des groupes chrétiens se positionnent sur les gaz de schiste :

Priorité au respect de la population et de son territoire

 


Montréal, le 25 février 2011
 – Nous, soussignés, membres du Réseau oecuménique Justice et Paix (ROJeP), souhaitons affirmer notre vive préoccupation concernant l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Nous refusons de céder aux pressions de l’industrie en raison du danger que représente pour l’environnement et la santé des citoyens du Québec cette source d’énergie fossile. Nous le faisons sur la base de nos convictions éthiques concernant la prépondérance du droit de la population à son bien-être et au respect de son territoire sur les privilèges concédés à l’industrie. Porter atteinte au territoire, c’est mépriser la population qui l’habite. « La terre et moi, flanc contre flanc, c'est mon affaire » (Gaston Miron, L’Homme rapaillé).
Un consensus de plus en plus large et documenté existe au sujet des nombreux problèmes majeurs autour de l’exploitation des gaz de schiste : utilisation et contamination de millions de litres d’eau; injection dans le sol de divers produits chimiques toxiques dont seulement 40 % à 60 % sont récupérés, la balance percolant jusqu’aux nappes phréatiques; émanation de gaz nocifs comme le radon et le méthane; usage industriel des meilleures terres agricoles; entrave au développement des énergies alternatives. Par ailleurs, les citoyens du Québec doivent impérativement savoir que cette industrie ne peut être rentable que si elle est intensive : il s’agit là d’un virage majeur dans la gestion des ressources collectives qui n’a pas fait l’objet d’un débat public. Ce manque de transparence a été dénoncé comme il se devait, et nous partageons cette indignation.
C’est pourquoi nous déplorons fortement le refus du gouvernement d’entendre la demande démocratique d’un moratoire qui démontrerait sa volonté de respecter le bien-être des populations et l’intégrité de leur territoire. Malgré les risques encourus et avérés, l’industrie des gaz de schiste et les instances gouvernementales ont plutôt essayé d’imposer leur projet au nom d’un objectif trompeur de « développement économique » qui risquerait fort de profiter d’abord et avant tout aux entreprises et aux investisseurs.
Nous demandons donc l’arrêt immédiat des activités d’exploration et exigeons la tenue d’un moratoire afin de prendre un recul nécessaire. Cette mesure paraît d’autant plus incontournable que, dans l’état actuel du dossier, tout porte à croire qu’une analyse rigoureuse pourrait bien mener à un refus global de l’exploitation des gaz de schiste.
Le Québec possède le potentiel requis pour devenir un leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, mais cela ne peut se faire sans une réelle volonté politique. À cet effet, l’économie doit être au service de la population et du territoire en s’assurant du consentement libre, préalable et éclairé des communautés.
Le Réseau oecuménique Justice et Paix (ROJeP) est formé de groupes enracinés dans la foi chrétienne et engagés dans la promotion de la justice, de la paix et de l’intégrité de la création.


-30-

Source : Julie Sabourault
ROJeP
Cell. : 438.764.0302
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LISTE DES MEMBRES SIGNATAIRES :
1. Bureau de justice sociale des Soeurs de Ste Anne (BJS-SSA)
2. Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF)
3. Centre culturel chrétien de Montréal (CCCM)
4. Centre de formation sociale Marie-Gérin-Lajoie
5. Centre justice et foi
6. Comité de solidarité sociale Sainte-Croix
7. Comité Justice Québec de la Conférence religieuse canadienne
8. Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
9. Commission justice, paix et intégrité de la création (Petites Soeurs de l'Assomption)
10. Conférence religieuse canadienne (CRC)
11. Conseil des églises pour la justice et la criminologie
12. Développement et paix
13. Fondation Béati
14. Groupe de théologie contextuelle du Québec (GTCQ)
15. Groupe Solidarité Justice
16. Groupe Solidarité Justice SNJM (Soeurs des Saints Noms de Jésus et Marie)
17. Jeunesse du Monde
18. Justice écologie tendresse (JET)
19. L’Entraide missionnaire
20. Mouvement des Travailleurs Chrétiens (MTC)
21. Pastorale Sociale du Diocèse de Montréal
22. Pastorale sociale du Diocèse de Saint-Hyacinthe
23. Pastorale sociale du Diocèse de Valleyfield
24. Programme Église verte - Centre canadien d'oecuménisme
25. Service de promotion humaine du Diocèse de Saint-Jean-Longueuil
26. Société religieuse des amis (Quaker)
27. Table diocésaine des agents et agentes de pastorale sociale de secteurs (Montréal)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Deux paroisses vertes: Saint-Martin et Saint-Pie X

Laval, 10 janvier 2011. L’église catholique Saint-Martin, déjà engagée dans le programme Église verte, fait sienne le slogan de l’organisme Développement et paix, mobilisé contre la privatisation de l’eau.

Depuis 2008, l’unité pastorale Saint-Martin, formée des paroisses Saint-Martin et Saint-Pie X, dans le quartier Chomedey, figure parmi les 14 églises québécoises étiquetées «paroisses vertes».

Le programme Église verte, offert par le Centre canadien d’œcuménisme, soutient les communautés chrétiennes dans l’adoption de pratiques écologiques.

L’année de l’eau

«Cette année, la campagne de Développement et paix est au centre de notre action, dit Simon Lepage, agent de pastorale. On se bat sur la question de l’embouteillage de l’eau. On demande aux paroissiens de ne pas acheter d’eau embouteillée.»

Lors des événements et activités organisés par les deux paroisses, un pichet d’eau et des verres remplacent des bouteilles individuelles.

Depuis 2007

Tout a commencé par l’installation de supports à vélo sur le terrain de l’église Saint-Martin, sise au 4080, boulevard Saint-Martin Ouest, se rappelle M. Lepage.

L’année dernière, l’unité pastorale instiguait des «soirées Taizé», où les participants s’adonnaient à des réflexions écologiques intercalées entre des chants et des prières.

Entre ces deux initiatives, les engagements verts se sont multipliés. On a substitué des produits biologiques aux produits d’entretien ménager traditionnels. On a augmenté le nombre de bacs de recyclage.

En 2008, la certification «paroisse verte» reconnaissait ces efforts. Cette validation du caractère environnemental d’une paroisse est obtenue après la soumission d’un bilan initial des mesures déjà en place. «On doit ensuite produire un bilan chaque année», explique Simon Lepage.

Commerce équitable

Les deux paroisses ont investi des efforts dans le commerce équitable, au cours des dernières années. «Au départ, on faisait l’achat de produits équitables. Ensuite, on recherchait la double certification: équitable et biologique.»

Pendant quatre ans, l’Unité pastorale a procédé à la revente de produits comme des épices, du café, du chocolat, du thé et de l’artisanat péruvien provenant d’une coopérative.

L’initiative a culminé en 2008, où huit paroisses lavalloises participaient à ce petit réseau de commerce équitable coordonné par l’Unité pastorale Saint-Martin.

«On a décidé d’arrêter, car des commerces locaux ont pris le flambeau», dit M. Lepage, en donnant l’exemple du marché d’alimentation Tau, sur le boulevard Saint-Martin.

«Maintenant, on encourage la certification équitable et la motivation des gens à acheter certifié. Notre rôle est beaucoup plus de sensibiliser.»

- 30 -

Pour information:

Simon Lepage
animateur de pastorale

Unité pastorale Saint-Martin
4080, boulevard Saint-Martin
Chomedey, Laval (Québec)
H7T 1C1
Tél.: 450-682-5515

Courriel: Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.